Aller en haut
Aller en bas


Forum RP [Lime - Lemon (hide) - Déconseillé aux mineurs]
 

 :: Quartier Ouest :: QG des Blue-Anarchists :: 3ème-17ème Étages :: Chambres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un désir incompris (PV Jay) [Terminé]

avatar
Messages : 94

CV
Surnom : Little Entity
Palier: 4
Rang: /
Lun 27 Aoû - 23:06
Un désir incompris

Jay & Danny

J'avais passé la nuit hors du lit conjugal. L'on m'avait demandé pour un travail et je pouvais très bien y aller seul. Un homme désirait en tuer un autre afin de récupérer un peu de Madness, j'avais donc accepté contre quelque chose que je pourrais offrir à Jay et que j'étais persuadé que ça lui ferait plaisirs. J'étais donc sortit discrètement, pour ne pas réveillé mon Honey, j'avais marché quelques heures pour arriver chez les Yellows, évitant les pièges habillement, connaissant un chemin sûr. Après toutes ces années à Eternally, ce serait le comble de me faire tuer par un piège idiot. Je me dirigeais alors à l'adresse que l'on m'avait donné, j'entrais doucement par la porte de derrière et je montais les escaliers, un grand sourire dessiné sur mon visage. J'allais tuer, enfin ! Je me dirigeais vers les chambre en silence... J'ouvris la numéros 5 et entrais silencieusement. Je sortis mon couteau de son fourreau qui était accroché à ma cuisse droite. Je me penchais au dessus de l'homme endormit et rit intérieurement. Tuer... oui tuer ! J'étais tout excité et je vins alors lui trancher la gorge. J'aurais voulu rire bruyamment pour imiter l'amour de ma vie, mais je devais me retenir, il n'était pas seul dans la maison. Je fis donc le chemin inverse et sortit de la demeure. Un homme m'attendait à l'extérieur et je m'en approchais. Il me donna alors ma récompense une fois sûr que l'homme était bien mort. Je le laissais alors rentrer à son tour... Il allait certainement récupérer cette fameuse drogue que j'avais interdit à Jay de toucher. Je connaissais ses ravages... Et je ne voulais pas que ça le sépare de moi. Même si nous étions déjà fou en soit...

Je pris alors le chemin du retour après avoir essuyé mon couteau plein de sang. Je me perdais alors dans mes pensées, repensant au meurtre de cette nuit. J'étais aux anges et j'avais eux une belle récompense. Je me dirigeais alors au hasard dans les rues sans m'en rendre compte. Mon pied se posa alors malencontreusement sur une dalle qui s'enfonça dans le sol. Je paniquais alors regardant autour de moi. Je vis alors des mitrailleuses sortir du mur à quelques mètres. Je me précipitais alors en sens inverse en courant. Je les entendis se déclencher et commencer à tirer. Je redoublais alors d'efforts pour leurs échapper... Je réussis presque quand une balle me toucha au niveau de la jambe. Je tombais à terre, retenant un cris de douleur. Je regardais ensuite avec émerveillement le sang couler au sol. Je souris de manière malsaine et je ris. J'avais survécu de justesse et le sol était à présent marqué par les balles. Je me relevais avec peine et je prenais le chemin pour chez moi... Le bon cette fois. Je mis du temps à marcher avec ma jambe blessée, je ne rentrais alors que vers neuf heure. J'entrais dans l'immeuble en grimaçant, le sang avait eut le temps de sécher, mais la blessure n'était pas refermée. J'entrais dans l'ascenseur pour me diriger à notre étage. Je sortis alors de ce dernier et je marchais jusqu'à notre chambre, laissant une petite traînée de sang derrière moi. J'ouvris la porte... comme je le pensais il était réveillé et inquiet. Je lui tendis alors mon cadeaux, des bandages tout propres, les siens commençaient à s’abîmer et ce n'était pas facile à trouver. J'aurais pu les utiliser pour ma jambe, mais je ne voulais pas les salir. Je lui offris un grand sourire alors, ignorant la douleur et le sang perdu.

(c) Madouce sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54

CV
Surnom : Le Faucheur
Palier: 3
Rang: /
Mer 29 Aoû - 14:49
UN DESIR INCOMPRIS



La fraîcheur de la nuit, c’est la première chose que ressentit alors le garçon. Il avait toujours la fâcheuse tendance de laisser une fenêtre ouverte afin d’avoir un peu d’air frais sur le visage. Mais la fraîcheur qu’il ressentit à cet instant, c’était celle d’un corps sans sa moitié pour la réchauffer. Sans son poussin. Jay n’était pas encore tout à fait réveiller, mais son corps frissonna par les températures plutôt basses de la pièce. Il se retourna une première fois dans le lit. Comme quasiment chaque nuit, un cauchemar vient le terrifier. Bien souvent lier à son passer. Il a peur. Toujours cette peur au ventre de voir sa mère revenir. L’enfermer dans sa chambre et invité ses clients à le violer, encore et encore, jusqu’à ce qu’il ne soit même plus capable de se débattre. Jusqu’à être couvert d’hématomes. Que son cul pisse le sang.

Ses yeux s’ouvrent d’un coup, ses paumes serrent le drap comme pour s’accrocher à quelque chose. Sa respiration est rapide. Il est en sueur. Pourtant, le jeune homme est dans sa tenue d’Adam. Même pas un bandage sur sa peau meurtrie de cicatrise que Jay ne supporte que difficilement la vue. Si ce montre aussi peu vêtu, surtout du haut, c’est bien pour son poussin, le seul qui laisse voir ainsi et aussi vulnérable, surtout la nuit. Un comble quand on sait que Danny tue de nuit justement, dans le sommeil. Mais jamais il n’a tué la faucheuse qu’est Jay. La peur l’envahit en voyant la disparition de Danny. Pourtant, ce n’est pas la première fois que ce dernier disparait en pleine nuit. Mais juste un petit mot, quelque chose, c’est tout ce que demande le serial killer.

Le faucheur est parti prendre une douche, en pleine nuit. De quoi se laver et se rafraîchir, essayer de penser à autre chose, éventuellement. Mais s’occuper l’esprit est bien difficile pour l’homme qu’il est. Même un bouquin ne saurait l’occuper, lui qui a toujours eu du mal à lire. Même de simple livret de jeux ne suffit à l’occuper, pour peu qu’il en comprenne l’énoncé ! Alors il tourne en rond. Fait quelques exercices pour maintenir sa forme. Jay le sait, il n’arrivera pas à se rendormir sans son poussin. C’est ainsi. Le tueur est devenu dépendant de lui, depuis toutes ses années. Et là, il n’était pas là pour panser la plaie qu’avait rouverte son cauchemar. L’homme a pleuré, en silence. Sans personne pour le réconforter. Craignant que les ombres ne revêtent la forme de ses tortionnaires du passer et qu’ils l’emportent avec lui. Une bonne partie de la nuit et jusqu’à ce que le soleil se lève, il finit par le passer recoquiller sur lui-même, tremblant d’angoisse. Ce ne fut qu’avec le lever du soleil qu’enfin, il pu reprendre son entraînement pour occuper son esprit.

Quand enfin la porte s’ouvrit, Jay fut sur le pied de guerre. Son regard vairon regardait avec intensité la porte de la chambre qui s’ouvrait progressivement. Jusqu’à ce que son poussin passe le cadre de la porte. Ses pupilles le détaillent. Puis s’arrête sur sa jambe qui semble trainer de la patte et surtout, il y a eu du sang. Le faucheur reconnait l’odeur ferrique qui s’en émane. Danny avait beau avoir un grand sourire aux lèvres et lui tendre des bandages tout neuf, encore emballé dans leur plastique, content de lui faire plaisir, sans aucun doute en vue de son sourire.

- Crétin !

Le serial killer avança d’un pas lourd, mais rapide jusqu’à son homme, l’enlaçant sans même prendre les bandages. Ses bras l’attirèrent avec force contre lui. Contre son torse encore nu, seul son pantalon cachait une partie de son corps, ses jambes bien évidemment. Sa peau frottait contre le sweat blanc de son poussin, ne souhaitant pas s’en détacher. Enfin, son étreinte fut bien moins puissante lorsqu’il releva enfin sa tête vers lui, l’ayant posé sur son épaule en l’enlaçant.

- Il faut qu’on appelle un médecin ! Il doit y en avoir chez les Yellows, non ? Je crois… Bref ! Je t’engueulerais plus tard ! Tu as besoin de soin !

Jay se détacha définitivement de lui, le temps de le porter, sur son épaule et de le poser sur leur lit. L’instant d’après, le voilà à fouiller dans son sac, à la recherche d’un téléphone portable qu’il n’a plus. Pourtant il devrait le savoir depuis tout ce temps, mais cela ne l’empêche pas d’essayer de le trouver, ce téléphone fantôme ! Mais en bon petit idiot qu’il est il reste fidèle à lui-même et à son retard.

- Bon sang ! Je l’ai mis où encore ?!

Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 94

CV
Surnom : Little Entity
Palier: 4
Rang: /
Ven 31 Aoû - 1:49
Un désir incompris

Jay & Danny

Je le vis alors s'approcher vivement de moi pour m'enlacer avec fermeté. Je continuais de sourire, respirant son odeur, il m'avait manqué. Je ris un peu car il m'avait traité de crétin, mais le plus idiot des deux, c'était lui non ? Mais ce qui me déçu un peu, c'est qu'il ne faisait même pas attention à mon cadeau, est-ce que ça ne lui plaisait pas ? J'en avais bien peur. Puis il me parla de médecin, je secouais vivement la tête pour lui dire que je n'en avais pas besoin. J'allais d'ailleurs le lui dire quand il me souleva pour me poser sur son épaule et m'amener dans notre lit. Je restais alors sagement dessus le regardant faire. Je savais très bien ce qu'il cherchait et je me mis à rire doucement. Il n'avait toujours pas perdu l'habitude de chercher son téléphone, c'était mon idiot à moi. Je serrais doucement les bandages contre moi, réellement déçu qu'il n'ait pas fait attention à mon cadeau. Je soupirais alors doucement, m'approchant de lui pour lui tapoter sur l'épaule.

-"Honey, rappelle toi... Tu n'as plus ton téléphone depuis des années, depuis que nous sommes ici en réalité. Alors ça ne sert à rien de le chercher tu ne crois pas ?"

Je lui souris tendrement, j'étais au courant pour son léger retard mental, mais je m'en fichais. L'on ne calcul pas la valeur d'un homme à son intelligence, mais à tout ce qu'il peut nous apporter. Et il m'apportait bien plus que personne en ce monde. Je ris néanmoins doucement, mais ce n'était pas un rire de moquerie, non, jamais je ne rirais de lui. Je me redressais un peu et lui tendis à nouveau les bandages, dans l'espoir qu'il les prennes cette fois-ci. Je n'avais quand même pas travailler pour qu'il me repousse. Ni fais le con pour qu'il ne les désirs pas.

-"Et puis, il y a l'hôpital chez les Green-Laws, mais comme tu le sais on risque d'y croiser Dwight. Et puis tu sais, la balle est ressortie, donc quelques soins mineurs ainsi que du repos et ce sera guérit. Désolé je ne pourrais pas travailler pendant quelques jours."

Je fis la moue, baissant un peu la tête. Il allait devoir assumer pendant un temps le travail que l'on nous demandait de faire. Je savais qu'il aurait du plaisirs à tuer, mais nous allions passer moins de temps ensemble. C'est cela qui me dérangeait. Je commençais en plus à voir tout tourner, me sentant mal. Je crois que j'ai perdu trop de sang.

-"Il... il y a un médecin ici aussi... enfin non, il n'est pas vraiment médecin mais a des bases pour soigner... Luc... peux-tu aller le chercher ?"

J'avais tenu jusque là, mais je sentais la perdre de connaissance arriver. Mais je ne voulais pas l'inquiéter alors je lui souriait de toute mes dents. Mon sourire était rallongé par mes cicatrices qu'il m'avait offerte il y a de cela quelques années. Je comptais à présent sur lui et j'attendrais qu'il quitte la pièce pour perdre connaissance...

(c) Madouce sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54

CV
Surnom : Le Faucheur
Palier: 3
Rang: /
Ven 31 Aoû - 17:48
UN DESIR INCOMPRIS



Son poussin avait fait une tête proche du « non je vais bien », mais Jay ne voulait pas y croire. Une balle dans la jambe, ça ne fait jamais du bien ! Il pouvait la perdre si des soins n’étaient pas apportés. Mais malgré cela, Danny s’était laissé faire. Il s’était laissé porter et installé sur le matelas tandis que le faucheur cherchait avec ardeur son téléphone fantôme. Il fouillait, tous les recoins de la pièce y passait. Jusqu’à ce que la voix de son amant se fit entendre derrière lui, du lit. En se redressant, le tueur secoua sa tête. C’est vrai qu’il avait oublier et se tapant même la paume de main contre son front, se tournant lentement vers son poussin.

- Comment je vais faire pour appeler un médecin ? Tu ne peux pas rester comme ça !

Son homme lui tendit une nouvelle fois les bandages propres et encore sous l’emballage plastique. Sa tête se détourna un instant. A cause de ces fichus bandages son amour venait de recevoir une balle dans la jambe et cela ne lui permettait pas d’être heureux. Malgré tout, il finit enfin par poser de nouveau son regard sur lui, mais pas sur les rouleaux blancs. Jay l’écouta de nouveau, en silence, sa gorge nouer. Danny sait à quel point son Honey déteste ce lapin, rien que son nom lui fait serrer d’instinct les poings. Il est trop bizarre, vraiment trop bizarre cet homme.

- S’il faut j’irais ! Tant pis si je croise ce connard, du moment que ta jambe va mieux.

Le tueur s’approcha, attrapant les bandages qu’il lançant avec force contre le mur. Pourtant, ce n’est pas facile d’en trouver, il est bien placé pour le savoir… Mais le faucheur est furieux. Les rouleaux sont légèrement déformés par l’impact contre le mur, mais rien qui ne les rendra inutilisable. Jay pose un genou sur le lit, se penchant sur son homme pour embrasser ses lèvres. Il est légèrement tremblant, même son baiser. Ses yeux étaient brillants, presque, comme s’il allait pleurer. Le tueur est pourtant quelqu’un de fort, mais dès que cela toucher Danny, cela lui retourne l’estomac. Il est son plus gros point faible et aussi son plus gros point fort. Sans lui, très certainement qu’il serait déjà mort, lui et son manque d’intelligence. Et en même temps, si on cherche à lui faire du mal, si on le blesse comme maintenant, si jamais on lui arrache son poussin, jamais le serial-killer ne pourra s’en remettre.

Ses bras l’entourent de nouveau, faisant poser sa tête contre son torse. L’une de ses mains vient même caresser l’arrière de sa tête. Ses paupières se ferment, mais il l’écoute, toujours. Sa voix a changé, il semble perdre ses forces. Même son corps semble bien plus faible que tout à l’heure, comme si, la force de rentrer l’avait poussé à continuer. Mais maintenant… Maintenant qu’il avait franchit la porte, qu’ils s’étaient retrouvés, voilà le contre-coup qui s’empare de lui.

- Tient bon mon poussin ! Je vais te chercher ce Luc !

Un baiser sur son front, protecteur comme jamais.

- Allonge-toi et repose-toi en attendant. Ne descend pas du lit, ne sort pas de la pièce.

Sa main attrape l’une des siennes, la serrant très fort alors qu’il plonge son regard vairon dans le sien azur. Un nouveau baiser sur ses lèvres, sur cette bouche déformée. Qu’il a déformé. Une caresse sur sa joue de sa main libre avant de se relever du lit, lâchant doucement Danny. Mais avant de partir. Avant de quitter cette pièce. Le tueur alla remplir un verre d’eau dans la petite salle de bain et lui tendu, silencieux. Une fois que son homme l’avait attrapé, ses pieds l’éloignèrent du lit pour aller vers la porte. Un dernier regard, inquiet, envers son poussin avant qu’il ne ferme la porte et descende les étages à toute vitesse à la recherche de ce fameux Luc.

En arrivant dans le salon, le serial-killer interrogea tout le monde jusqu’à savoir qui était le fameux Luc. Un homme se leva de son fauteuil après un énième individu interroger. Un « Luc » interrogateur s’échappa des lèvres de Jay. L’homme approcha, hochant la tête comme pour approuver le prénom prononcé. Le faucheur aurait pu sourire, mais il avait si peur pour son poussin. D’ailleurs, même dans sa voix, tout était d’un ton pressant et serrer par sa gorge. Tout est une question de minutes. D’ailleurs, Jay ne s’encombra pas plus que ça à expliquer la situation, qu’il ne connaissait que de loin, mais le principal, ce qui était déjà ça. Le tueur lui emboîta le pas et ensemble, le duo remonta les étages jusqu’à la chambre du couple. Jay frappa en prévenant :

- C’est moi, ton Honey. J’ai ramené Luc comme tu me l’as demandé. Il va te soigner, tu verras.

Le duo avait fait un détour par la chambre du fameux « médecin » afin de prendre de quoi soigner Danny, c’était un minimum il faut dire. Puis, le serial-killer fit tourner la poignée et entra. Ses pieds le guidèrent bien rapidement au chevet de son amant dont il prit la main, regardant son visage pâle avant de retourner sa tête vers Luc.

- Faites quelque chose pour sa jambe ! Je vous rendrais un service en échange, n’importe quoi ! Du moment qu’il ne meurt pas ! Qu’il ne perde pas sa jambe !

Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 94

CV
Surnom : Little Entity
Palier: 4
Rang: /
Dim 2 Sep - 15:30
Un désir incompris

Jay & Danny

Je sentais l'angoisse dans sa voix et pourtant j'essayais de le rassurer. Je ne me rendais pas compte de la gravité de la situation. Je lui souris avec amour et confiance quand il me dit qu'il irait malgré le fais qu'il y ait Dwight. Je savais pertinemment qu'ils ne s'entendaient pas du tout. Il finit tout de même pas prendre les bandages et les jeter contre le mur. Je le fixais un peu triste, c'était un cadeau et c'était important pour moi. Il vint ensuite m'embrasser, j'y répondis doucement, avec la force que j'avais. Je l'écoutais ensuite à peine, profitant de ses caresses. Le sourire dessiné sur mon visage, ne quittait pas mes lèvres. Comme si je voulais encore et encore le rassurer. J'entendis alors ses conseils, de ne pas descendre du lit et tout ça. J'avais de la peine à l'écouter, mais je ne voulais pas fermer les yeux avant qu'il quitte la pièce. Je le vis s'éloigner, pour revenir avec un verre d'eau que j'attrapais faiblement. J'attendais avec impatience qu'il parte, pour pouvoir me laisser aller. Je lui fis même un petit signe pour lui dire que je l'attendrais. Une fois qu'il fut sortit, qu'il ferma la porte, je lâchais le verre d'eau qui se brisa au sol et je perdis connaissance. Tout était trouble et flou. Je me sentais perdu dans un labyrinthe de pensées qui se mélangeaient les unes aux autres. Je ne sais pas réellement combien de temps j'étais resté inconscient, mais quand je rouvris les yeux, je vis le visage de Luc. Il était entrain de soigner ma jambe, la désinfectant. Je gémis alors de douleur, cherchant la main de Jay pour m'y accrocher. Mais sa main était déjà dans la mienne et je la serrais de toute mes forces. Je serrais les dents, mais je finis par rire.

-"J'ai dormis longtemps ?"

J'arrivais à peine à parler et je tournais ma tête vers mon Honey pour le regarder, le contempler. Nous avions tous les deux des marques sur notre peau, nous étions deux monstres semblables. Et l'avoir à mes côtés me rassuraient grandement. Mais je continuais de sourire, ne voulant pas qu'il s'inquiète. Luc continuais ses soins, il avait arrêté l'hémorragie, ce qui était déjà une bonne chose. Même si je me sentais faible, je savais au fond de moi que je ne quitterais pas ce monde tout de suite. Et puis, qu'est-ce que ferait Jay sans moi ? Et moi sans lui ? Nous étions inséparable, jamais rien ne pourra nous éloigner l'un de l'autre, pas même la mort. Luc était doué pour soigner, à se demander pourquoi il n'était pas médecin chez les Green-Laws. Je crois qu'il préférait simplement sa liberté à autre chose. Je ne pouvais que le comprendre. C'était pour cela que nous avions aussi rejoins les Blues. Pour pouvoir continuer à tuer, qu'on ne nous dicte pas notre conduite. Mais bref, je me concentrais surtout sur le visage de ma moitié. Il était toujours aussi tendu et inquiet, alors que j'étais souriant.

-"Qu'est-ce qu'il ne va pas Honey ? Tu n'as pas l'air bien..."

Oui, malgré que ce soit moi qui soit dans un fâcheux état, je m'inquiétais encore pour lui. Il était et serait toujours ma priorité. J'avais besoin d'avoir quelqu'un de proche de moi. Même si avec le temps, j'avais arrêté de m'enfermer sur moi même. Je ne me voyais pas vivre sans quelqu'un qui me complétait. Et j'avais finis par retrouver une moitié en Jay. Il était tout ce que je n'étais pas et tout ce que j'aimais.

(c) Madouce sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54

CV
Surnom : Le Faucheur
Palier: 3
Rang: /
Mar 4 Sep - 14:56
UN DESIR INCOMPRIS



Le tueur avait beaucoup pris sur lui en sortant sans aucun bandage sur son visage ni même sur son torse. Car oui, l’homme était torse nu depuis qu’il avait attendu Danny et n’avait même pas prit le temps de mettre un sweat. Tant pis, le temps pressait pour son compagnon. Il ne supporterait pas sa perte. Il fera tout pour le sauver, même laisser les autres porter un regard sur sa peau brûlée et horriblement dérangeante à regarder. Des marques qu’il déteste, haïs au plus profond de son âme. Mais pour son poussin, il était prêt à faire abstraction de son physique dérangeant.

En rentrant, il vit les éclats de verre au sol et la flaque d’eau. Son cœur fit un bon au même moment, ses yeux s’arrondissent de peur. Il déglutit, de peur que son homme ait rendu son dernier souffle pendant son absence. Quand Luc vérifia le pouls de Danny, il lui confirma que ce dernier allait bien, enfin, il battait… Son propre cœur ralentit à son tour. Comme le « médecin » devait soigner la jambe, il fallait enlever le pantalon. Jay se précipita avant même que l’homme n’ait le temps de toucher au bouton du jean.

- Je m’en OCCUPE !

C’était son poussin. C’était à lui de le faire. Alors, Luc se recula un peu pour le laisser faire. Les mains tremblantes de Jay défirent le bouton. Fait glisser la fermeture éclair avant que ses paumes n’empoignent chaque côté du vêtement pour le faire glisser le long de ses jambes. Comme quand ils le font finalement. Mais le serial-killer n’avait pas la tête à ça. Mais dans la précipitation, le faucheur avait oublié de retirer les chaussures et doit les enlever pour ensuite terminer de retirer le pantalon.

Le grand brûler avait du mal à reculer pour laisser le médecin intervenir, mais vu l’état de son homme, il n’avait pas le choix. Cela dit, il prit rapidement la main de son poussin, le serrant. Une main la recueillant dans sa paume, l’autre par-dessus, la pressant entre ses mains. Luc commença le travail, Jay n’avait d’yeux que pour son compagnon dont il surveillait le moindre mouvement. Mais ce fut un gémissement de douleur qui marqua la fin de son sommeil. Le menton du tueur se leva d’un coup, serrant davantage sa main dans ses paumes comme pour le signifier « je suis là. » Son rire assombrit quelque peu son visage. Cette blessure n’était pas à prendre à la légère pour Jay.

- Une bonne heure.

Répondu Luc. Comme pour prendre les devants. Il faut dire que le faucheur n’aurait même pas pu lui répondre, il ne savait lire les cadrans à aiguilles. Il lui fallait des écrans numériques, ce qui était presque inexistant dans Eternally. En tout cas, le « médecin » continuait de nettoyait la plaie. Il n’allait pas tarder à recoudre le trou provoqué par la balle. Ce n’était pas beau à voir et la gorge de Jay était serré, très serrer. Même si son poussin souriait, lui n’arrivait pas à lui sourire. Il finit même par passer ses bras autour de ses épaules pour l’amener à lui et le serrer très fort dans ses bras. Surtout quand Danny lui avait poser la question. Il avait besoin de sentir son corps contre le sien, comme pour être sûr qu’il vivait encore et que sa chaleur le maintiendrait en vie.

Luc grogna un peu, n’était pas tellement d’accord pour ce geste qui l’avait fait bouger avec le coton imbibé de désinfectant. D’ailleurs, il avait fini et commença à faire des points pour refermer la plaie. Demandant au passage de ne plus bouger, prévenant quand même que cela ne ferait pas du bien. La prise de Jay se resserra pour avoir leur torse l’un contre l’autre.

- J’ai eu si peur… Ne me refait plus jamais une frayeur pareille ! Te mettre autant en danger… Pour des bandages… Ta vie vaut bien plus que ça espèce d’idiot !

Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 94

CV
Surnom : Little Entity
Palier: 4
Rang: /
Mar 4 Sep - 18:23
Un désir incompris

Jay & Danny

Luc me répondit que ça faisait une bonne heure et malgré que la mine de mon amant se soit assombrie, je continuais de sourire, encore et encore. Je ne voulais pas qu'il s'inquiète, je voulais le voir sourire et rire en toute circonstance, comme lui m'avait appris à le faire. Oui, beaucoup de gens pensaient que Jay était un monstre pour m'avoir offert le sourire de l'ange. Mais ce qu'ils ne comprennent pas, c'est que ça m'a en grande partie délivré. Son geste m'a libéré de l'angoisse d'être seul, de la perte de mon jumeau. Il m'a offert, ce que personne d'autre n'aurait pu m'offrir, l'envie de vivre. Il me donne chaque jour tout ce dont j'ai besoin, de l'amour, de l'affection, de l'attention. Il est tout ce que j'espérais en cette vie, il est mon sauveur.

Je le laissais alors me prendre dans ses bras, profitant de sa chaleur. Je ris encore un peu, surtout quand Luc râla un peu. J'ignorais tout de la douleur que son geste m'avait provoqué. J'étais dans ses bras, c'est tout ce qui comptait. Et j'aurais besoin de son soutient, je n'aimais pas particulièrement souffrir et sachant qu'il allait devoir me recoudre m'effrayais. Je passais mes bras alors autre de mon Honey, prêt à m'accrocher de toutes mes forces à lui. Puis, j'entendis les mots de mon amour, je perdu un peu mon sourire, inquiet.

-"Ils ne t'on fait pas plaisirs ?"

Oui, j'étais encore fixé sur le fait que mon cadeau lui plaise ou non. Mais je compris également ma bêtise. Je baissais alors un peu la tête désolé, mais c'était tellement important pour moi de les lui offrir.

-"Promis, je serais plus prudent la prochaine fois..."

Oui il y aurait certainement une prochaine fois. J'aimais lui faire plaisirs et lui offrir ce que je trouvais. Je sentis alors une aiguille se planter dans ma peau afin de me recoudre. Je sentis des larmes perler et couler le long de mes joues, ça faisait mal, atrocement mal. Mais j'avais décidé d'être fort et de ne pas me plaindre. Je m'accrochais alors à mon amant, le serrant le plus fort possible contre moi, reniflant un peu. Je n'avais pas le droit de crier, c'était ma punition pour mon imprudence. J'essayais également de ne pas bouger, même si je voulais retirer ma jambe des mains de Luc pour qu'il ne continue pas. Mais non, je ne le fis pas. Je ne bougeais pas. Quand il eut finit, il me demanda de me tourner sur le ventre pour s'occuper de l'autre coté de la jambe. Je lâchais alors Jay, le laissant m'aider à me mettre correctement, puis je l'attrapais un peu comme un doudou, le laissant se glisser sous moi pour pouvoir à nouveau surmonter cette épreuve. Je plongeais mon visage dans son cou, respirant son odeur rassurante, réalisant enfin qu'il était sortit sans bandage. Je le fixais alors surpris. J'avais faillis lui dire que j'avais mal, mais je ne pouvais pas après avoir compris cela. Je lui offris alors le plus beau de tous les sourires du monde. Heureux qu'il ait fait ça pour moi. Luc finit enfin de me recoudre et nous quitta, nous disant d'être plus prudent à l'avenir et qu'il conviendrait avec Jay le paiement.

(c) Madouce sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54

CV
Surnom : Le Faucheur
Palier: 3
Rang: /
Ven 7 Sep - 14:27
UN DESIR INCOMPRIS



Son compagnon était toujours aussi léger, à rire encore un peu malgré la situation. Jay n’y parvenait pas, déjà que son pessimiste était bien présent, comme une deuxième nature par moment. Ses bras l’entourèrent, le serrèrent bien fort contre lui, comme pour rassurer Danny. Même si ce dernier ne semblait pas tellement en avoir besoin pour le moment. Peut-être que c’était uniquement pour lui, pour se rassurer. Son odeur lui faisait du bien, il faut le dire. Sa chaleur aussi, douce, diffuse, loin d’être brûlante, plutôt réconfortante.

Bien sûr que si. Des bandages neuf lui font toujours plaisir. Mais dans ces conditions, le tueur aurait largement préféré ne pas en avoir et voir son poussin en bonne forme. Son étreinte se desserra lorsqu’il sentit son amant bouger, baissant la tête en s’excusant. Son sourire avait disparu de son visage. Jay eut une nouvelle fois la gorge nouée. Même si Danny venait de s’excuser, le serial-killer restait sur la réserve. Il sentait que sa moitié reproduira ce genre d’action pour lui faire ce genre de surprise. Mais la peur de le perdre, connaissant si bien ce lieu désormais. Une ville. Un huis-clos où la mort attend à chaque tournant. Il faut dire que ce n’était même plus pour la loi du plus fort, c’était pour sortir d’ici. Il paraîtrait que ce sera le groupe qui survivra, alors les morts sont monnaie courante ici.

- Ça m’a fait plaisir mais… Tu as pris de gros risque et… S’il t’arrive quelque chose, je ne m’en remettrais jamais.

Une de ses mains remonta, caressant doucement les cheveux de son compagnon pour le réconforter encore. Vraiment pour une fois d’ailleurs… Parce qu’il savait qu’avoir été aussi en colère et avoir traiter son cadeau comme l’objet de sa colère, cela avait dû blesser Danny qui avait fait tellement d’effort pour lui.

- Je le mettrais tout à l’heure quand on sortira. Tu pourras m’aider si tu veux.

Jay tenta un sourire, cherchant son regard pour planter ses yeux vairons dans les siens. Mais ce fut les larmes qui commencèrent à glisser sur les joues de son compagnon. Luc avait commencé son travail et faisait des points afin d’aider la cicatrisation. Même si Danny s’interdisait d’hurler, son corps était tremblant, sa prise bien plus franche. Ses paumes retournèrent dans son dos, le serrant le plus fort possible contre lui, sa tête contre la sienne, il lui murmura à l’oreille :

- Tient bon mon poussin. Je suis là.

Et il sera là, quoiqu’il arrive. Il faudrait le tuer pour le séparer de lui dans ce monde. Luc les poussa tout de même à se séparer, le temps que Danny se place sur le ventre pour que l’autre partie de sa plaie soit recousu. Le tueur sentit les mains de sa moitié le tirer sous lui, servant de coussin ventral. Cela le fit presque rire. Jay esquissa un sourire, le serrant de nouveau contre lui, caressant son dos comme pour le rassurer. Sa peau nue contre les tissus de son poussin lui était légèrement désagréable, surtout quand les fibres pressaient contre sa peau, maximisant le contact des deux surfaces. Le serial-killer pu voir au regard de son poussin que celui-ci était étonné par l’apparence de son homme. En même temps, même si Danny connaissait son apparence sous ses bandages, il ne la montrait à personne d’autres, difficilement à un médecin lorsqu’il était malade ou blessé. Mais il n’avait pas réfléchi, déjà qu’il réfléchissait peu. La santé de son compagnon était plus importante que sa petite personne à ce moment-là.

Son compagnon qui lui fit le plus beau des sourires malgré sa grande balafre. Les mains de Jay glissèrent sur les joues de son poussin, attrapant son visage pour l’amener à lui, embrassant ses lèvres avec passion. Le faucheur en oublia même Luc à cet instant. Seul eux deux comptaient. D’ailleurs, ce dernier leur indiqua qu’il avait fini et se leva, regardant alors le tueur et son patient du jour en précisant de faire attention, mais également qu’ils verront ensemble pour le payement. Un hochement de la tête de la part de Jay qui suivit du regard le médecin avant de se lever doucement une fois ce dernier hors de son champ de vision. Un baiser sur le front de Danny avant de le coucher doucement sur le lit, à côté de lui. Le faucheur se leva, alla chercher les bandages obtenus par son poussin avant de revenir vers lui, s’asseyant sur le bord. Il regarda les bandages fait sur les points de suture. Ses doigts caressèrent les bandes doucement.

- Je mettrais les nouveaux bandages demain. Je vais m’occuper de toi aujourd’hui. Je suis peut-être le plus nul des infirmiers, mais je ferais tout mon possible pour que tu fasses le moins d’efforts possible aujourd’hui et… Les jours à venir !

A ses mots, il posa les rouleaux propres sur le chevet avant de venir ramasser à la main les éclats de verre, se coupant un peu les doigts, il ne sentit que très peu la douleur et préféra de toute façon l’ignorer. Le serial-killer mit les morceaux à la poubelle, mais laissa le sol trempé, ignorant comme épongé. Il reprit un verre et alla le remplir aux toilettes, dans le petit lavabo qu’ils avaient. Avant de revenir. Ses fesses se posèrent une nouvelle fois au bord du lit tandis qu’il glissa le verre aux lèvres de Danny.

- Boit un peu, ça devrait te faire du bien mon Poussin.

Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 94

CV
Surnom : Little Entity
Palier: 4
Rang: /
Sam 8 Sep - 19:00
Un désir incompris

Jay & Danny

Jay resta contre moi, me rassurant, me murmurant des paroles réconfortantes. Des baisers et des caresses, m'aidèrent  à surmonter la douleur. Je restais accroché à lui comme un enfant. Une fois Luc partit, mon homme m'aida à nouveau à me rallonger correctement, à coté de lui. Puis il se leva pour récupérer ses bandages, il prit ensuite la parole et je l'écoutais, souriant toujours. Il voulait prendre soin de moi, ce qui faisait extrêmement plaisirs. Il allait être au petits soins avec moi, je devrais me blesser plus souvent. Il posa ensuite les bandages à coté, sur la table de chevet, avant de se lever pour ramasser le verre que j'avais cassé. Il alla ensuite me rechercher à boire, quand il revint il m'aida, je bu un peu pour lui faire plaisirs. Je remarquais ensuite qu'il saignait légèrement au niveau des doigts. Je me redressais alors complètement et lui prit le verre des mains pour le poser à coté des bandages. Je le fixais inquiet, me sentant coupable.

-"Tu t'es blessé en ramassant le verre ?"

Je pris alors ses doigts et je les portais à mes lèvres. Je suçais délicatement le sang qui coulait des petites plaies, comme pour le soigner. Je glissais ma langue contre sa peau, ça devait le piquer un peu, mais je ne voulais pas qu'il saigne. Je lui souriais tout en faisant ça. Puis je relâchais alors ses doigts, le goût du sang avait envahit mes lèvres.

-"Fais attention Honey, je ne veux pas que tu te fasse mal..."

Je gardais sa main dans la mienne, la serrant doucement. Je baillais ensuite un peu, reprenant le verre d'eau pour continuer à boire un peu, ayant finalement soif. Puis je sentis mon estomac gargouiller, je rougis un peu, relevant les yeux vers Jay. Je savais qu'il n'étais pas très doué pour la cuisine, donc je réfléchis à ce que je pourrais lui demander.

-"Honey, tu serais d'accord de me faire un sandwich, je t'avoue que je meurs de faim. Je ne veux pas te forcer hein, je peux y aller sinon."

Je lui offris un nouveau sourire radieux, ne voulant pas le forcer à faire quelque chose qu'il n'aimait pas. Et puis ici c'était un peu chacun pour soit.

(c) Madouce sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54

CV
Surnom : Le Faucheur
Palier: 3
Rang: /
Sam 8 Sep - 21:31
UN DESIR INCOMPRIS




Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 94

CV
Surnom : Little Entity
Palier: 4
Rang: /
Dim 9 Sep - 0:58
Un désir incompris

Jay & Danny

J'avais bien sûr remarqué l'érection de mon Honey. Mais je n'avais pas su trop quoi faire et j'avais déjà demandé à ce qu'il m'amène un petit truc à manger. Je voulais le retenir, mais il était déjà partit. Je rougis tout seul comme un idiot en l'attendant, me posant mille et une questions. Pourquoi est-ce que je l'avais excité, je ne l'avais pas vraiment touché. Je réfléchis et je me rendis compte que je lui avais léché les doigts. C'était sûrement ça ! Je ris doucement, me disant que j'aimerais bien lui faire un peu plus plaisirs... Mais je n'étais malheureusement pas en état de faire l'amour. Et pourtant... Qu'est-ce que j'aurais voulu le faire... Même si j'étais encore extrêmement gêné et timide quand on le faisait, j'appréciais cet acte qui nous prouvait notre amour. Je ne me voyais pas le faire avec quelqu'un d'autre que lui. Tout en pensant à cela je l'attendais, je le vis revenir et il se prit les pieds dans une de mes chaussures. J'étouffais un petit rire moqueur, mais pas méchant. Qu'est-ce qu'il était maladroit, mais je l'aimais comme ça, avec ses qualités et ses défauts si attachant. Il me tendis les sandwichs et je lui sourit comme à mon habitude, tout content. J'en pris un et je croquais dedans avec envie, je ne sais pas si je pourrais manger les deux, car même si j'avais faim, l'appétit n'était pas là. Mais je devais recouvrir des forces.

-"Dès que j'irais mieux, je te promet que ce ne sera pas tes doigts que je sucerais..."

Je sortis cela tout naturellement, en mâchouillant ma bouchée. Mais je ne savais pas trop comment le dire autrement. Je n'arrivais pas à utiliser des mots comme "sucer" ou autres. C'était bien trop gênant à dire. Je voulais en réalité, simplement lui dire qu'il allait devoir attendre quelques jours, car j'avais malheureusement perdu un peu trop de sang pour faire des galipettes en ce moment. Je continuais alors de manger, mais arrivé à la moitié, je sentais que mon estomac n'allait pas arriver à supporter plus. Je reposais alors le reste du sandwich dans l'assiette, j'avais pris celui au jambon et au fromage. Mais j'avais soudain peur qu'il pense que ce ne soit pas bon, je pris alors l'autre, à la rosette et je croquais dedans également avec plaisirs.

-"Ils sont délicieux, mais tu en as trop fait. Je te propose de faire moitié moitié si ça te vas Honey."

Je continuais alors de dévorer ma part avant de le poser dans l'assiette, lui laissant le reste. S'il n'avait pas faim, je les finirais plus tard. Je pris ensuite le verre d'eau pour le finir et je m'essuyais doucement les lèvres tout en l'observant. Qu'est-ce que je pouvais l'aimer.

(c) Madouce sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54

CV
Surnom : Le Faucheur
Palier: 3
Rang: /
Dim 9 Sep - 14:01
UN DESIR INCOMPRIS




Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 94

CV
Surnom : Little Entity
Palier: 4
Rang: /
Dim 9 Sep - 18:08
Un désir incompris

Jay & Danny

Je le vis se dandiner au bord du lit et je penchais la tête sur le côté, me demandant pourquoi. Mais je ne pu que comprendre quand il s'exprima. Le rouge me monta rapidement aux joues, j'étais vraiment mal à l'aise quand il employait ce genre de mots. Je ne savais, sur le coup, pas quoi lui répondre. Mais une fois sa nouvelle "érection" calmée, il enchaîna me disant qu'on le ferait uniquement quand je serait totalement guéris. Je le fixais alors avec une petite moue de mécontentement. Je ne voulais pas que l'on attende si longtemps moi, j'aimais faire l'amour avec lui. Je ris doucement en entendant son estomac également grogner, il n'avait rien du manger par ma faute... Je m'en voulais un peu, je serais plus prudent à l'avenir. Mais je n'eux pas le temps de culpabiliser longtemps, il prit une morse du sandwich et commença à s’étouffer avec. Je lui tendis mon verre vide... la toux passa heureusement et il réussit à avaler. J'allais alors lui demander si ça allait quand je le vis se pencher vers moi. Je le fixais surpris, qu'est-ce qu'il y avait ? Il se lécha les lèvres avant de m'embrasser. Je répondis alors à son baiser, retrouvant mon sourire et en profitant qu'il caresse ma joue.

Puis, il me tendis un mouchoir en tissus que je pris pour finir de m'essuyer la bouche ainsi que les mains. Il me proposa ensuite de m'aider à me laver. Je redevins alors rouge, l'imaginant me laver. Mais il n'avait pas tord, j'avais besoin d'un brin de toilette. Je baissais alors un peu la tête, jouant avec mes doigts, hésitant. Je me mordillais ensuite la lèvre inférieur, ne sachant que répondre. J'avais bien transpiré et même si Luc avait nettoyer le sang en grande partie, il en restait un peu sur ma jambe. Je relevais alors un regard timide sur mon Honey, hochant doucement la tête pour lui dire que j'étais d'accord.

-"Je veux bien, s'il te plait, mais tu me laissera me laver mon... enfin mon..."

Je n'arrivais vraiment pas à dire ces mots, surtout devant lui. J'inspirais alors un grand coup pour pouvoir le dire clairement.

-"Je me laverais le kiki tout seul..."

Oui, j'utilisais ce mot, j'en connaissais un bon nombre qui voulaient dire la même chose, mais c'est celui qui me paraissait le moins gênant à prononcer. J'avais surtout peur de réagir à ses caresses malgré la fatigue et ce n'était clairement pas le moment. Même si l'envie de lui faire plaisirs était là, je ne me sentais pas la force de faire quoi que ce soit.


(c) Madouce sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54

CV
Surnom : Le Faucheur
Palier: 3
Rang: /
Ven 14 Sep - 14:54
UN DESIR INCOMPRIS




Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 94

CV
Surnom : Little Entity
Palier: 4
Rang: /
Jeu 20 Sep - 15:54


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54

CV
Surnom : Le Faucheur
Palier: 3
Rang: /
Jeu 27 Sep - 14:52
UN DESIR INCOMPRIS




Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 94

CV
Surnom : Little Entity
Palier: 4
Rang: /
Dim 30 Sep - 11:09


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54

CV
Surnom : Le Faucheur
Palier: 3
Rang: /
Lun 1 Oct - 15:14
UN DESIR INCOMPRIS




Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternally :: Quartier Ouest :: QG des Blue-Anarchists :: 3ème-17ème Étages :: Chambres-
Sauter vers: